Alliance des Patronnes de la Presse Ecrite du Mali « APPEM » : Une dizaine de’’ femmes battantes’’ récompensées !

1

La deuxième édition de la nuit du trophée ‘’les femmes battantes ‘’, organisée en collaboration avec la radio « Renouveau FM », vise à récompenser les femmes battantes dans différents secteurs d’activités. Cette année, elle était placée sous le thème : ‘’ femme du Mali battez vous pour l’émergence et le développement socioéconomique du pays. Elle est organisée en droite ligne de la journée Internationale de la femme, qui a été célébrée cette année avec le thème national : «  la croissance économique et l’autonomisation des femmes, engagement inclusif pour un Mali sécurisé, stable et émergent ».  Elle vise, selon ses initiatrices à célébrer la bravoure des femmes et les inciter à entreprendre des activités, gagent d’autonomisation, de maturité et de développement  socioéconomique.

Dado Camara, présidente de l’APPEM, dira que  c’est une manière pour  l’Alliance des Patronnes de la Presse Ecrite Malienne  ‘’APPEM’’ de magnifier la femme malienne dans sa diversité socioculturelle. « Pour cette deuxième édition, 10 trophées seront décernés aux femmes et aux organisations pour leur dévouement dans le cadre du développement socioéconomique du pays. C’est aussi une manière de rendre un vibrant hommage aux hommes » a-t-elle precisé.

Pour rappel, l’Alliance des Patronnes de la Presse Ecrite du Mali a organisé la 1ére  édition de la nuit du trophée « les femmes battantes » le 7 mars 2014 au cours de laquelle ont été décernés à 8 femmes battantes et deux organisations de femmes des trophées de récompense. Créée en janvier 2012, l’APPEM développe et participe à des actions pour la promotion de la femme. A ce titre, elle se fixe de nombreux  objectifs qui sont, entre autres, encourager l’autonomisation des femmes  à travers des articles de presse et activités. Servir de relais entre les organisations de femmes et les populations à travers une large communication. Et de mettre l’information et la communication au  cœur de l’activité  des femmes. Donner plus de visibilité et de lisibilité  aux actions menées par des femmes ainsi que des organisations de femmes, sans oublier la promotion des droits des femmes des medias.

Selon madame Kanté Fatoumata Dioncounba, représentante de la ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille,  les femmes,  doivent  désormais refuser d’être les instruments de protection. « Votre initiative mérite d’être encouragée.  Nous serons à vos côtés pour magnifier l’image de la femme qui se bat pour le développement de son pays »a-t-elle laissé entendre.

Les lauréates de l’édition 2015 triées sur le volet !

La remise des trophées aux 10 femmes battantes de l’année 2015 a été le temps fort de cette soirée. La 1ére femme battante récompensée a été Lalla Kébé, pionnière et spécialiste en henné à Banconi, 15 ans au service de femmes et des jeunes filles. Petite taille mais dotée d’un esprit hors pair et d’un talent créatif malgré son handicap de petite taille, a expliqué le jury de cette édition.

La 2éme femme battante fut Mme Diakité Koudjéye Nimaga, vendeuse d’essence en détails. Un exemple atypique.  La 3éme femme battante a été Ramata Diaouré, journaliste dotée d’un style propre et d’un air sans complexe. Elle est détentrice d’un DESS en psychopathologie clinique de la vie quotidienne. C’est au niveau du bihebdomadaire ‘’22setptembre’’ qu’elle exerce sa profession de journaliste, comme secrétaire et directrice de rédaction. La 4éme femme battante Mme Diarra Téné Diarra alias ‘’la française’’  est une femme multidimensionnelle. Réparatrice de téléphones, maçon, réparatrice de motos, conductrice de pousse-pousse et collecteur des anciens objets comme les chaussures en caoutchouc, sacs de mil, riz, les bouteilles et pneus.  Quant à la 5ème femme battante, une conductrice de tricycle, du nom de madame Sangaré Sokona Traoré, qui a crée un GIE nommé « Nyaman sory » pour ramasser les ordures.  La 6éme battante, Coulibaly Fatoumata Coulibaly, tâcheronne et couturière est  une entrepreneure complète, qui tricote les napperons à ses heures perdues. La 7éme femme battante, n’est d’autre que notre consœur  Mme Dicko Assa Soumaré première femme journaliste sportive au Mali. Une icône au desk sport de L’ORTM.  La 8éme femme battante a été Mme Diarra Mariam Samaké dite « kôrôbôrô tié », qui s’épanouit par la distribution de pains à moto. La 9éme femme battante est Maye Niaré, première femme distinguée Toast Masters au Mali et troisième de l’Afrique de l’Ouest. Le 10éme trophée a été remis à la présidente de la FENACOF-MALI « NYEDA KURA » Mme Dembélé Oulématou Sow. La FENACOF est une association féminine qui fait des actions hautement salutaires dans le domaine de la promotion des droits de femmes.

Dans son intervention du ministre de l’Economie Numérique de l’Information et de la Communication Dr Choguel Kokala Maïga, porte parole du Gouvernement, indiquera que  la femme n’est plus à célébrer le 8 mars seulement mais tout le mois de mars. « Mon engagement pour la femme est un engagement de respect.  C’est elle qui supporte le poids qui pèse sur notre société. Elle passe plus son temps à travailler pour  participer à la contribution financière de son foyer.  Vive l’Alliance des patronnes de la presse écrite. Cette deuxième édition est la preuve de votre détermination à poursuivre cette initiative, il faudrait  que les autres associations, organisations ou même institutions s’inspirent de votre exemple. C’est-à-dire identifier, retrouver, chercher, trouver,  présenter et magnifier les femmes qui font l’exemple, qui force l’admiration et qui force le respect dans la contribution de la construction du pays ».        Aoua Traoré

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.