60e Assemblée Mondiale de la SANTE : Réduire de moitié la charge du paludisme

0

En prélude à la 60e assemblée mondiale de la santé, Genève a abrité du 10 au 11 mai 2007, la 12e réunion du conseil d’administration du Partenariat faire reculer le paludisme. La délégation malienne, composée de la ministre de la Santé, Mme Maïga Zeïnab Mint Youba, du conseiller technique, Dr Sidy Diallo et du directeur national de la santé, Pr. Toumani Sidibé, y a participé.rn

rn

rn

En marge de la 3e conférence des ministres de l’Union africaine, tenue à Johannesburg du 9 au 12 avril 2007, le Mali est devenu membre du conseil d’administration du Partenariat faire reculer le paludisme au titre des pays francophones de la Cédéao, avec le Niger comme suppléant.

rn

rn

Reconnaissant que le paludisme ne peut être vaincu par aucune organisation agissant seule, l’Organisation mondiale de la santé, l’Unicef, le Pnud et la Banque mondiale ont lancé en 1998 le Partenariat faire reculer le paludisme pour mettre en place une approche globale coordonnée pour combattre la maladie.

rn

rn

Le Partenariat vise à réduire de moitié la charge du paludisme d’ici 2010. C’est une initiative qui s’est développée rapidement et compte  de multiples partenaires dont les pays d’endémie palustre, leurs partenaires bilatéraux et multilatéraux, le secteur privé, des ONG, des organisations communautaires, des fondations et des établissements d’enseignement et de recherche, forment un ensemble impressionnant de compétences, de ressources humaines, d’infrastructures et de financements au bénéfice de la lutte contre la maladie.

rn

rn

Lors du 5e Forum du Partenariat faire reculer le paludisme à Yaoundé, en novembre 2005, les participants ont exprimé leur engagement solennel à travailler ensemble pour intensifier rapidement les interventions contre le paludisme à travers des interventions à large échelle pour avoir un impact et accélérer les progrès vers les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

rn

rn

 

rn

rn

Trois mille morts par jour

rn

rn

Le palu fait 3000 morts par jour, principalement en Afrique. Et, un enfant meurt du palu toutes les 30 secondes. Plus de 42 pays africains, soit une population de 664 millions d’individus, souffrent du fardeau constitué par le paludisme. Les moustiquaires imprégnées d’insecticide, les pulvérisations intra-domiciliaires, le traitement préventif intermittent et l’accès précoce aux médicaments efficaces constituent les quatre axes de lutte qu’il faudra mener à large échelle pour obtenir un impact.

rn

rn

Aussi, le contrôle ou l’éradication du paludisme contribuera de manière significative à la réalisation des OMD de l’ONU, que chacun des 192 Etats membres des Nations unies s’est engagé à atteindre d’ici 2015. Au-delà de la réduction de la charge de la maladie, le succès de la lutte contre le paludisme aura un impact considérable sur la mortalité infantile, la santé maternelle, la pauvreté et, par conséquent, sur l’accroissement de la stabilité mondiale.

rn

rn

Les membres du Partenariat faire reculer le paludisme ont convenu, à Genève, de se retrouver en 2008 pour le 6e Forum mondial sur le paludisme. Mais, déjà en novembre 2007, le conseil exécutif planchera sur les acquis de l’année en cours.

rn

rn

Avant de clore les travaux du conseil d’administration de Genève, le Partenariat Faire Reculer le Paludisme s’est doté d’un nouveau Président en la personne du ministre de la Santé de l’Ethiopie, Dr. Tedros Adhanaom.

rn

rn

Ibrahima Sangho

rn

rn

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER