Le Procureur persiste et signe : « C’est bien l’apologie du terrorisme »

0

Il n’est pas trop bavard mais quand il s’exprime sur certains sujets d’intérêt national, les interprétations sont fortes. Daniel Tessougué, désormais ex procureur de la République Près la Cour d’Appel de Bamako avait eu un duel ardu avec le président du Haut Conseil Islamique du Mali, Mahmoud Dicko. La sortie de ce dernier suite à l’attaque terroriste contre l’hôtel Radisson qu’il a jugé une correction divine. Tessougué répliquait en condamnant ces propos de Dicko qu’il a qualifié d’apologie du terrorisme.

Quelques semaines dans ce brouhaha, la relève de Tessougué à son poste est annoncée. Une onde de choc. Car nombreux sont les maliens qui étaient mécontents de cette décision présidentielle eu égard son intervention après un l’affront Dicko-Tessougué.

Le désormais ex procureur a procédé à la passation jeudi. Il a exposé son bilan des trois années passées au poste de procureur. Conscience tranquille ? Bien oui ! Sur RFI, il confirme partir la conscience tranquille tout en déplorant la manière dont il est traité pour avoir dit la loi seul fondement d’un Etat de droit.

Pour ce qui est aussi du regret du qualificatif des propos de Dicko, il maintient sa position. « Ce n’est que l’apologie du terrorisme ».

Quelques semaines avant cette sortie, des hommes de droit déploraient le traitement de l’Etat à son endroit. Car demis de ses fonctions sans préavis encore moins reçu par le patron de tutelle, c’est-à-dire le Ministre de la Justice.

Tessougué n’est pas à son premier bras de fer. L’on se rappelle qu’il était opposé à Bathily (à l’époque ministre de la justice) sur certains sujets dont l’arrestation du Maire du District de Bamako, Adama Sangaré. Il avait catégoriquement refusé d’émettre le mandant recommandé par Bathily à l’encontre d’Adama.

Boubacar Yalkoué

PARTAGER