Encadrement Technique des Aigles du Mali : A quoi joue Alain Giresse ?

3

Depuis quelques temps  les rumeurs les plus folles font état du départ d’Alain Giresse vers le Cameroun. Si ça se produisait cela ne serait pas une surprise car cet entraineur n’est pas à son premier coup d’essai. Alors qu’il est supposé être sous contrat avec la fédération malienne de football, Alain Giresse aurait postulé au poste de sélectionneur du Cameroun selon les médias malien et camerounais. Mais ce qui est agaçant c’est lorsque qu’on apprend que celui qui a été remercié au Sénégal après son élimination humiliante dès le premier tour de la CAN 2015, réclamerait trois mois d’arriérés de salaire. Un véritable manque de respect à l’Etat malien.

Suite à nos vérifications au niveau du Département des Sports, il s’est avéré que l’Etat malien ne doit aucun arriéré de salaire à l’entraineur des Aigles du mali contrairement à ce qu’il avait fait croire dans une lettre datant du 15 décembre 2015 adressée au président de la Femafoot, Alain Giresse aurait fait part de l’état de sa situation contractuelle liée aux conditions financières de son engagement. Le sélectionneur des Aigles du Mali réclamerait trois mois d’arriérés de salaire (septembre, octobre, novembre). Pourtant, nous avons la preuve que Giresse a été payé jusqu’en décembre 2015. Les documents (mandat de virement de 3 mois de salaire sur son compte, le numéro du chèque à notre disposition) prouvent le contraire. «Je suis toujours sous contrat avec le Mali. Je me refuse de me justifier sur une chose que je n’ai pas faite. Je suis au milieu d’une rumeur. Et ce n’est pas la première fois qu’on annonce mon départ», a déclaré l’intéressé dans un entretien accordé au site de Maliweb. Mais une seule est claire Giresse ne peut pas nier qu’il a postulé pour le poste d’entraineur au Cameroun alors qu’il se trouve sous contrat avec le Mlai. Ce qui équivaut à une résiliation unilatérale de son contrat. Et la question qui taraude donc les esprits c’est de savoir à quoi joue donc l’entraineur ? Aujourd’hui le fait de postuler ailleurs, le Mali a intérêt de se débarrasser de cet entraineur qui avait quitté le Mali dans les mêmes conditions. Ce qui avait suscité le courroux du public sportif malien contre Feu Hammadoun Kolado Cissé et Moussa Konaté en 2012. Mais d’autres pensent que le comportement trouble de Giresse s’explique le mauvais mauvais environnement autour de l’Equipe nationale, les Aigles.  En effet avec  la crise qui perdure, l’atmosphère n’est pas propice à l’atteinte des objectifs qui lui sont assignés, à savoir non seulement qualifier les Aigles pour la CAN «Gabon 2017», mais aussi tenter de remporter la compétition. Et la qualification pour la Coupe du monde «Russie 2018» serait un bonus pour la prolongation de son contrat. Une tâche de plus en plus ardue pour Alain Giresse qui aurait aujourd’hui des relations difficiles avec le président de la Femafoot et certains de ses fidèles lieutenants. Et il ne serait plus en odeur de sainteté avec le vice-président chargé des Equipes nationales, Boucary Sidibé dit Kolon, qui est pourtant à l’origine de son retour au Mali pour se venger de Kola et de Moussa Konaté. Mais Dieu est là pour veiller sur ses sujets. Après la première expérience qui lui avait permis de hisser les Aigles sur la 3e marche du podium à la CAN «Gabon 2012». Alain Giresse avait décidé de partir en invoquant la crise politico-sécuritaire avec la chute du régime d’ATT devenu son mentor avant de se raviser. Mais hélas Kola et Moussa ont été victimes d’une campagne calomnieuse. Ce qui est sûr, s’il rompait son contrat avec la FEMAFOOT, ce ne serait pas parce que l’Etat malien n’aura pas tenu ses engagements financiers (salaires) à son égard. C’est dire qu’aujourd’hui le temps vient de donner raison à Feu Hammadoun Kolado Cissé et à Moussa Konaté sur le comportement peu orthodoxe de cet entraineur.

Saïd

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. SAID, tu es naif avec ta question natioanle “A quoi joue….” .Tu crois que être journaliste c’est d’attaquer mais il faut préalable definir l’angle d’attaque . Tu n’as fait que tourné en rond sans jamais exprimer tes idées.

  2. Et vous croyez qu’un entraineur peut travailler dans un tel environnement? soyons souvent objectif et cohérent.

  3. Penchons-nous sur la crise que nous traversons au lieu de critiquer Giresse. S’il veut partir c’est parce qu’il ne voit pas un environnement propice. C’est à nous de créer cet environnement pour mettre en confiance ces entraineurs qui veulent faire quelque chose avec nous.
    Réglons d’abord nos problèmes d’égos et rivalités inutiles au sein de la Fédération pour espérer ensuite convaincre Giresse ou un autre entraineur d’entreprendre un challenge avec le Mali.

Comments are closed.