Afri’actu : Terrorisme au Sahel : Les causes endogènes en question !

2

Une attaque terroriste a fait, le mercredi 18 août, quatre-vingt victimes, dont soixante-cinq civils et quinze gendarmes, dans le nord du Burkina Faso. Ce même jour, une dizaine de militaires maliens, tombés dans une embuscade, ont perdu la vie.  Dans ce pays sahélien, le bilan du terrorisme est aussi très lourd. Auparavant, le 16 août au Niger, dans le village de Darey-Daye  trente-sept civils avaient été tués alors qu’ils travaillaient aux champs.

En l’espace d’un mois, quatre-vingt-dix-huit civils et dix-neuf gendarmes sont tués dans trois des six départements de la région des trois frontières. Ces actes terroristes visent  notamment  à déstabiliser  les Etats du Sahel en sapant leur  développement économique et social.

Ainsi dans de nombreuses zones agricoles du Burkina, Mali et du  Niger, les agriculteurs et éleveurs, parce que harcelés  par les forces terroristes (dont les membres sont majoritairement originaires des zones ciblées)  qui brûlent constamment leurs champs ou enlèvent leurs animaux,  n’arrivent plus à s’adonner à leur profession. Les écoles, sous la contrainte des mêmes terroristes, y sont totalement fermées. Pour échapper à des assassinats ciblés,  ces populations,  n’ayant  plus d’espoir  et  d’autres choix,   se sont  massivement réfugiées  dans les zones considérées comme moins dangereuses.

Face à cette recrudescence du terrorisme international dans les Etats du Sahel (Burkina Faso, au Mali et au Niger), notamment marquée par une hausse des attaques contre des civils, des responsables gouvernementaux, des forces de défense et sécurité, la seule  solution militaire n’a-t-elle  pas atteint ses limites ? Ne faut-il pas désormais mettre en question les facteurs endogènes pour mieux lutter contre ce terrorisme, lorsque l’on sait que les membres des mouvements terroristes sont majoritairement des locaux ?

Pour efficacement lutter contre le terrorisme international, il faut logiquement une forte coopération  militaire entre les gouvernements nationaux mais aussi  entre les États et les organisations régionales et internationales. Il faut également faire en sorte que les forces de défense et de sécurité soient capables de sauvegarder  les personnes et leurs  biens. Cela est une logique universelle. Toutefois,  il sera difficile  aux Etats du Sahel de  relever le  défi sécuritaire  avec succès  sans l’augmentation de  la capacité des systèmes nationaux de justice pénale à fournir une justice équitable et efficace aux auteurs d’actes terroristes et à mettre en place des mesures préventives en conformité avec l’État de droit.

Mais  ces Etats du Sahel doivent aussi s’évertuer à faire  cesser notamment les injustices et les frustrations perpétrées par des agents gouvernementaux (forces de sécurité et administrations publiques) contre les populations de plus en plus démunies. Afin que  ces dernières refassent  plus de confiance aux Etats qu’aux mouvements terroristes.

En somme, les Etats doivent surtout privilégier les solutions locales et amoindrir l’ingérence de forces étrangères dans la région du Sahel.  Ce point de vue est  beaucoup partagé par la Chine et la Russie !

Gaoussou Madani Traoré

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here