Modibo Mao Makalou au sujet de l’aide au développement : «Selon la Banque mondiale, l’aide publique au développement reçue par le Mali en 2020 s’élevait à environ 861 milliards FCFA »

8

Suite à la suspension de l’aide publique française au développement du Mali, nous avons approché Modibo Mao Makalou. Dans cette interview, cet économiste de renommée internationale nous édifie sur le volume de l’aide publique au développement,(APD) destinée au Mali et du nombre de projets qui pourraient être touchés par cette suspension.

Depuis les premières heures de  l’indépendance du Mali, la France l’accompagne à travers son aide au développement, quel est le volume de cette aide?  En quoi contribue-t-elle au développement du Mali ?

Modibo Mao Makalou : Selon la définition du Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE, on entend par « aide publique au développement » (APD) l’aide fournie par les États dans le but exprès de promouvoir le développement économique et d’améliorer les conditions de vie dans les pays en développement.

En effet, le Mali a constamment bénéficié de l’appui des  partenaires extérieurs depuis son accession à l’indépendance le 22 septembre 1960. Le Plan de Développement Économique et Social (1961-1965) communément appelé plan quinquennal était financé à hauteur de 40% par des partenaires extérieurs dont les 4 plus importants étaient d’abord l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS avec 23%, ensuite la France (17%) puis la Chine (16%) et le Fonds Européen de Développement (FED) avec un apport de 15% de l’APD.

En fin de semaine dernière, on a appris  la suspension de l’aide au développement de la France destinée au Mali.  Quelles peuvent être les conséquences de cette situation?

MMM : Selon le Gouvernement français, les pays africains sont les principaux bénéficiaires des dons d’APD française : le Sénégal, le Tchad et le Mali, qui font partie de la liste des pays prioritaires de la politique de développement de la France, figuraient parmi les 10 premiers bénéficiaires de dons de 2019.

Les 19 pays prioritaires de la politique de développement de la France ont bénéficié en 2019 d’1,6 milliards d’euros (environ 1050 milliards FCFA) d’APD française : le premier bénéficiaire était le Sénégal (281 millions d’euros soit environ 184 milliards FCFA), suivi de l’Éthiopie (158 millions d’euros,soit environ 104 milliards FCFA), du Mali (145 millions d’euros, soit environ 95 milliards FCFA) et du Burkina Faso (137 millions d’euros soit environ 90 milliards FCFA).

En 2020, le montant engagé d’APD de la France au Mali était de 233 millions d’euros (soit environ 153 milliards FCFA) y compris 95,6 millions d’euros (soit environ 62 milliards FCFA) de dons. La France est aussi le deuxième contributeur derrière l’Allemagne au sein du Fonds Européen de Développement (FED) qui agit au Mali dans les domaines du développement rural, de l’environnement, de l’aide humanitaire, des infrastructures routières, du développement urbain et social, de l’appui institutionnel et de la culture. Cet appui s’est matérialisé au Mali durant le 11ème FED (2014-2020) à hauteur de 403 milliards FCFA.

Quelles sont les secteurs qui seront fondamentalement touchés?  

MMM : L’APD de la France au Mali se concentre essentiellement sur les secteurs suivants : la santé, les banques et services, l’éducation, l’eau et l’assainissement, l’agriculture, les interventions d’urgence, l gouvernement et  la société civile, autres multisecteurs, les infrastructures et services et le soutien budgétaire.

Une lettre envoyée au Président français Emmanuel Macron, le mardi 15 novembre, signée par 35 organisations non gouvernementales (ONG) françaises actives au Mali et dans le monde a demandé à la France de reconsidérer cette suspension de l’APD de la France au Mali.

Selon ce collectif d’ONG, l’arrêt de l’APD française au Mali remet en cause près de 70 projets de développement en cours ou prévus dans le pays ces prochaines années au profit des populations maliennes vulnérables.

Le Mali pourra-t-il avoir une alternative immédiate pour combler ce vide?                      

 MMM : Selon la Banque Mondiale, l’aide publique au développement (APD) reçue par le Mali en 2020 s’élevait à 1,565 milliards $ soit environ 861 milliards FCFA. Le budget d’Etat 2023 qui prévoit des recettes de 2 199,908 milliards de FCFA et des dépenses s’établissant à 2 895,903

milliards de FCFA, présente donc un déficit budgétaire global de 695,995 milliards de FCFA contre 664,588 milliards de FCFA dans la Loi de Finances rectifiée 2022, soit une augmentation de 4,73%. Ce déficit budgétaire à défaut d’une augmentation des recettes fiscales ou des ressources budgétaires sera financé par la dette publique et l’APD.

Interview réalisée par Oumar Konaté/La Preuve

 

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. Mr Macalou vous aviez écrit que le programme de developpement économique et social appelé communement le plan quinquennal (1961-1965) était financé à hauteur de 40% par les partenaires exterieurs dont:
    URSS……………..23%
    FRANCE…………..17%
    CHINE……………..16%
    FED………………….15%
    si nous faisons la somme nous aurions 71% ce qui est contraire à vos 40% expliquez nous pourquoi cette difference?

  2. On est souvent obligé d’intervenir, même si on le voudrait pas.
    Je vous en prie Monsieur MACALOU, avec tout mon respect, arrêtez de faire ce genre d’interview qui n’apporte aucune valeur ajoutée à qui que ce soit.
    On vous a posé un problème, c’est à dire que la france vient de suspendre son aide au développement.
    Que proposez vous comme solutions au Mali afin de palier aux conséquences de cette mesure prise par la france.
    Quel a été l’apport exact de cette aide française à l’économie malienne?
    Parlez surtout de cette problématique: l’aide au développement contribue- t-elle éfficacement au développement?
    C’est bien de connaitre les chiffres et de les évoquer à chaque interview, mais il faut surtout s’en servir.
    Cordialement

    • QUE DES FAUX CHIFFRES DONT ON NE SAIT PAS LA SOURCE DANS LES DEUX CAS: BANQUE MONDIALE OU AIDE AU ‘SOUS-DEVELOPPEMENT’ DE LA FRANCE! JE ME SOUVIENS DU PRESIDENT JAGDEO DE GUYANA QUI NOUS A DIT UNE FOIS EN 2002 QUE LES PAYS EN DEVELOPPEMENT SONT SUJETS A DES CHIFFRES DES PAYS OCCIDENTAUX ET LEURS INSTRUMENTS COMME LE FMI ET LE BANQUE MONDIALE DONT ILS NE SAVENT MEME PAS COMMENT LA DETTE OU L’AIDE A ETE RECUE? LE MALI DOIT ETRE HEUREUX DE SE DEBARASSER DE CETTE AIDE ‘AU SOUS-DEVELOPPEMENT’ DE LA FRANCE! FRANCE DEGAGE!

  3. NOUS DEIMANDONS A MACALOU DE VERIFIER CES CHIFFRES DE LA BANQUE MONDIALE CAR C’EST UN AUTRE INSTRUMENT DE L’ IMPERIALISME ET DU COLONIALISME. IL FAUT AUSSI QUE LA BANQUE MONDIALE DE MACALOU NOUS DISE QUI ONT RECU CE MONTANT AU MALI? QUE DES BOITES DE CHIFFRES FAUX!

  4. Et si nous comptions sur nos propres forces? Ce n’est pas mieux? Ah! Que je plains cette Afrique qui tend la sébile.

  5. Qu’ils aillent ailleurs avec leurs aide à pièges multiples ont sais bien que les dernières 30 ans que les dirigeants du Mali en complicités mêmes avec les ong français n’ont fait que détourner cet argent et spéculer une partie en prêt bancaire pour boucher les trous et faire croire qu’ils nous aident
    Mensonges et arnaques bien organiser au lieux d’aide qu’ils suspend simplement les taux d’intérêt et de garantie sur le franc cfa qu’ils nous laissent décider avec qui travailler.
    A ce que je sache ils ont mobiliser plus de 250 milliards pour l’Ukraine a peine un an donc pour l’Afrique et l’homme c’est pas trop important
    Qui vous voulez faire croire que vous aider ??

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here