Mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation : L’Adp-Maliba pose les jalons

0

Tenue du samedi 16 au dimanche 17 janvier 2016 au siège du parti sis au quartier du fleuve de Bamako, la cérémonie de lancement du séminaire de réflexion sur l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali était présidée par l’honorable Amadou Thiam, président du parti Adp-Maliba. Ce séminaire a regroupé plus de cinquante participants venus des six communes du District de Bamako et de l’intérieur du pays.

Campant le décor, l’honorable Amadou Thiam, président du parti Adp-Maliba, a témoigné de la ferme volonté des parties signataires de l’accord d’Alger à aller vers une paix durable. Cependant, il déplore la lenteur dans la mise en œuvre dudit accord, suite à des blocages persistants qui interpellent tous. Et il se demande, comme bon nombre de Maliens, à quoi aura servi cette signature, si les attaques terroristes, les embuscades, la grande criminalité, le banditisme ambiant sont toujours fréquents aussi bien au Nord qu’au Sud du pays.

«À l’Adp-Maliba, nous restons convaincus qu’il est temps de sortir de la léthargie et de faire appel, de nouveau, au génie du peuple malien pour qu’ensemble, nous discutions de cet accord qui va renforcer l’Etat dans tous ses segments (politique, institutionnel, justice, sécurité…). Soucieux de cela, le Comité exécutif de l’Adp-Maliba a mis en place une Commission de réflexion sur la mise en œuvre de cet accord dont le présent séminaire constitue le cadre approprié pour cette Commission de présenter les conclusions de ses travaux», a expliqué M. Thiam.

Avant de conclure : «J’exhorte les uns et les autres à plus d’attention afin qu’au sortir de ce séminaire, nous puissions faire le diagnostic des maux qui assaillent la mise en œuvre de cet accord et en conséquence, d’en apporter les propositions, les solutions idoines».

Rappelons qu’un projet de communiqué de l’Adp-Maliba sur la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger, a été lu et sera mis à la disposition des plus hautes autorités maliennes et de la communauté internationale.

Gabriel TIENOU/Stagiaire

PARTAGER