Mopti : Douentza « assiégé » par des djihadistes

4

Tombouctou-Douentza3En effet, ces individus armés viennent de se signaler à l’attention des populations de la zone. Ils ont extirpé des mains d’agents forestiers, le mercredi 1er juillet dernier, certains de leurs camarades, arrêtés dans le Gourma et le Seno (commune de Boni) pour exploitation non autorisée de la forêt. Autant dire que ce sont les terroristes qui dictent désormais la loi dans le Gourma, devenue un véritable nid de djihadistes.

Les populations de la commune de Boni sont encore sous le choc après l’assassinat d’un agent forestier. Cet acte odieux est survenu suite à un accrochage entre les agents et les parents de plusieurs peulh arrêtés lors d’une opération, conjointement menée par les gardes forestiers de Douentza, de Boni et de Mondoro. De sources concordantes, c’est en début de semaine que l’opération a eu lieu. Arrêtés, les suspects ont été conduits à Serma, à 30 km de Boni (environs 120 km de Douentza). Au moment où les agents forestiers leur demandaient de payer une amende, des hommes armés ont surgi et exigé la libération des « détenus ». Irrité, un des agents forestiers aurait ouvert le feu sur les assaillants qui ont aussitôt riposté. Dans leur furie, ces derniers auraient attaqué la maisonnette servant d’abris aux agents et où se trouvaient les suspects arrêtés. Ceux-ci ont été libérés. Et un agent forestier a été mortellement fauché par une balle.

De source locale, nous apprenons que les auteurs de cette attaque sont de jeunes éleveurs, ayant servi le Mujao. Il semble qu’ils se sont repliés, suite à l’opération Serval, avec armes et bagages dans le gourma, d’où ils sont originaires. Notre source indique que ces jeunes, qui circulent uniquement à Motos, occupent actuellement toute la zone. Ce sont eux qui ont attaqué, entre autres, Boni et Boulkessi ; il y a trois mois.

Le hic, c’est l’absence de forces armées et de sécurité dans la zone. En effet, les populations pointent du doigt l’Etat, accusé d’avoir laissé le champ libre à des groupes terroristes qui agissent en toute impunité. Aujourd’hui, au-delà de Douentza, c’est toute la région de Mopti qui est infestée de terroristes et de criminels.

IBD

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. C’est bien d’alerter s’il y a danger mais évitons l’excès.
    Partout nous devons faire attention mais n’affolons pas aussi les populations.

  2. Trop alarmiste, ce journaliste.
    Il faut tout simplement dire que des bandits sévissent dans la zone au lieu de parler de siège.
    Vous avez besoin de revoir vos cours d’histoire, ou alors cessez de faire l’alarmiste et de provoquer la panique chez les paisibles citoyens.

Comments are closed.