La Transition malienne en manque cruel de fonds

4

Les finances seront-elles finalement le talon d’Achille du duo Bah N’Daw – Moctar Ouane ? Tout porte à répondre par l’affirmative, et pour cause. En plus des soubresauts économiques consécutifs au coup d’Etat et ses implications à l’échelle communautaire comme l’embargo, les autorités de Transition auront commis l’incurie d’attribuer l’Hôtel des Finances à un novice sans relief. Elles en éprouvent d’ailleurs tant de mal à observer les équilibres budgétaires, à savoir la balance entre les prévisions de dépenses et de recettes. Pour le seul service des Impôts, par exemple, les recouvrements étaient en souffrance le mois dernier pour 300 millions francs CFA sur l’ensemble de l’exercice. À un point tel qu’il est revenu, selon non confidences de régler les salaires en ayant recours à un volume inédit de dettes auprès des deux banques les plus pourvues de la place. Les nouvelles autorités financières n’ignorent pas néanmoins qu’une telle perfusion ne saurait être la solution à la disette trésorière qui s’annonce. Elles s’en arrachent les cheveux et, faute de solutions endogènes pour redresser la barre, elles pourraient recourir au même jeu favori des autorités précédentes : une levée de fonds sur les marches internationaux. Sauf que l’entreprise pourrait difficilement prospérer dans un contexte marqué par une désaffection des titres obligataires du Mali. Ce qui était une constance avec des autorités régulières à peine crédible l’est beaucoup plus avec un pouvoir de transition beaucoup moins fréquentable à échelle internationale.

La Rédaction

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Soyez imaginatif et diversifiez vos partenaires et ne restez pas nez à nez seu avec la France

    Créer un service militaire et civil obligatoire afin de donner des bras a l armée et aux collectivités pour aider car on a pas les moyens de recrutement massifs

    Créons comme le Rwanda une journée mensuelle pour le ramassage des déchets dans nos villes et villages

    Achetons de machiness a tisser pour fabriquer sur place avec le coton et le cuir de nos bêtes des uniformes pour notre armée qui les acheterons au lieu d importer

    Tout ce qui est machines outils presse autoclave équipements de production industrielle il faut les exonéré de taxes et dures aux banques de financer en priorité ces projets. Industrieux et pas tout sur l immobilier et le BTP comme actuellement.

  2. Quelle preuve as tu pour dire qu il n y a pas d argent. C est dommage d employer des manières non intellectuelles pour blanchir une transition et permettre la médiocrité. Le Mali est très riche et l argent a toujours suffisamment existé, mais le peuple surtout les villageois n en profitent jamais.

  3. Il faut élargir la base taxable de lmpot

    En taxant l informel pour ne pas dépendre des autres.
    80% des gens y produisent des richesses sans rien payer en retour pour financer nos infrastructures et notre armée

  4. Comment peut on parler de crise d’argent ? Les nouvelles autorités refusent alors de travailler , sinon le seul pôle économique et financier peut résoudre ce problème. Les anciens dignitaires du régime IBK ont volé tout l’argent du pays. Ils ont en liquide et en immobilier. Pourquoi ne pas les placer sous mandat de dépôt,? Certains courent des jours paisibles et bouffent l’argent mal acquis . Vraiment cessez ces faux débats.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here