Situation socio-politique : Les pertinentes recommandation de sortie de crise de la plateforme des femmes leaders

0

Elles ont été formulées à l’endroit de la Communauté internationale, des Hautes autorités du Mali, la Classe politique, des Forces vives de la nation, du peuple et des animateurs des réseaux sociaux du pays et de la diaspora

Après un diagnostic sans complaisance de la crise multidimensionnelle que connait notre pays depuis 2012, les femmes réunies au sein d’une plateforme, ont décidé de prendre leur bâton de pèlerin pour participer à la recherche d’une solution définitive à cette situation. Elles ont organisé une rencontre pour faire un état des lieux sans complaisance de la situation actuelle. A l’issue de cette rencontre une batterie de recommandations a été formulée à l’endroit des différents acteurs, à savoir : l’Etat malien, la Communauté internationale et la population de façon générale.

Donc, pour que l’opinion nationale et internationale soit informée de sa démarche salutaire, la plateforme a organisé le lundi dernier au Centre national de documentation et d’information de la femme et de l’enfant (CNDIF), une conférence de presse. La rencontre a mobilisé du côté de la plateforme : Mme Traoré Nana Sissoko, vice-présidente, Mme Doumbia Mama Koité modératrice, Mme Diallo M’Bodji Sène, Me Saran Keita Diakité et Mme Dembélé Oumou Maiga.

La présente conférence de presse a abordé des sujets tels que : le volet social caractérisé actuellement par une ébullition du front social ; la crise scolaire avec son corollaire de grève incessante des enseignants, l’eau et l’électricité et l’amélioration des conditions de vie des populations.

Quant aux recommandations, elles ont été formulées à plusieurs niveaux. Par rapport à la Communauté internationale, la plateforme des femmes leaders recommande : le respect strict de son engagement à aider le Mali à retrouver la paix, la sécurité et l’intégrité territoriale ; l’intensification de la lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme ; la révision du mandat de la MINUSMA pour l’engager dans la lutte contre ces fléaux etc.

Celles formulées à l’endroit des plus hautes autorités du Mali portent entre autres sur : la prise de dispositions idoines, militaires et sécuritaires pour assurer la sécurité des personnes et des biens sur toute l’étendue du territoire national ; une gestion urgente de la situation des femmes et des enfants déplacés et réfugiés dans les zones difficiles en cette veille d’hivernage ; la mise en place de mesures concrètes, urgentes et efficaces pour améliorer les conditions de vie des maliens ; l’accélération des mesures de dédommagement des victimes au niveau de la Commission, Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR) ; veiller pour qu’il n’y ait pas d’impunité par rapport aux massacres d’Aguelok, d’Ogossagou, de Dioura et Guiré.

La plateforme toujours dans la quête de solution à la situation socio-politique a également formulé des recommandations qui engagent la classe politique, les forces vives de la nation, le peuple malien et les animateurs des réseaux sociaux du pays et de la diaspora. Elle leur recommande : d’œuvrer à l’apaisement du climat social et politique du pays, à travers des messages de stabilisation, de réconciliation et de paix et à la culture et la promotion des vertus cardinales qu’ont fait la gloire de ce pays ; l’implication totale de tous dans la lutte contre le terrorisme etc.

Enfin, des recommandations spéciales ont été adressées au Président de la République. Il s’agit pour lui : de tout faire pour sauver l’année scolaire par la prise des mesures courageuses et audacieuses et mettre en place un outil juridique favorable à la participation effective des femmes aux dialogues inclusifs au Mali.

Diakalia M Dembélé

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here