Victime d’un accident de travail à Kalaban-Coro Koulouba : SOS pour Salif Konaté

0

Salif Konaté est un jeune paysan de 26 ans qui a été victime d’un accident du travail, il y a deux ans. En effet, les faits remontent en octobre 2009, quand Salif a débarqué à Bamako en quête du travail. Il est tombé sur un certain Adama Diarra, maçon de son état. En compagnie de ce dernier, il était en train de travailler, ce jour-là, sur le chantier de la maison d’un certain Fousseyni Traoré. Une maison située sur un passage d’eau. Ayant réalisé que l’eau ne coulait plus -une situation qui était grosse de tous les dangers pour la sécurité de la maison en construction qui menaçait de s’écrouler à tout moment, sans compter les désagréments causés aux voisins- le propriétaire a alors demandé aux maçons de creuser un passage pour l’eau. C’est au cours de ces travaux que le mur s’est, malheureusement effondré sur le jeune ouvrier, Salif Konaté. Electrocuté au même moment par un poteau électrique, il a failli se noyer emporté par les eaux, n’eût été l’intervention de personnes présentes lors de l’accident. Il a été sauvé, in extremis, mais avec une fracture au  dos.

Ainsi, Fousseyni Traoré, le propriétaire de la maison, a immédiatement conduit Salif grièvement blessé au CHU Gabriel Touré en prenant à sa charge tous les premiers soins qui ont consisté à acheter les protocoles d’ordonnance, les fers et  à les placer. Après une dizaine de jours passés à l’hôpital, le sieur Fousseyni l’a ramené dans sa maison à Kalaban avant de le conduire dans une de ses maisons à Sabalibougou Golf en lui offrant un sac de riz. Il y restera seul pendant quelques mois jusqu’au jour où il tomba dans le coma suite à d’intenses douleurs. Les voisins ont pu joindre un ami de son père en la personne de Siaka Traoré qui, sur le champ, a appelé le chef maçon avant d’essayer de joindre le nommé Fousseyni Traoré pour qu’il amène de nouveau Salif Konaté à l’hôpital. Devant le refus de Fousseyni Traoré de faire le déplacement, à encroire Siaka Traoré qui a, de ce fait, contacté un de ses amis agent Sotelma pour qu’il vienne vienne chercher Salif, qui était toujours plongé dans le coma, afin de l’amener à l’hôpital. Pour dégager sa responsabilité, l’agent de la Sotelma a proposé d’amener l’accidenté au commissariat pour que les policiers constatent, d’abord, les faits avant de rejoindre l’hôpital. Sous la menace des policiers, il s’est finalement déplacé, en déclarant, cependant, qu’il n’était plus obligé de payer d’autres frais 

Le père de la victime, Adama Konaté, lui aussi, a fait le déplacement de Bamako pour voir clair dans cette affaire. En compagnie de Siaka Traoré, il est allé voir le Procureur de la Commune V qui a laissé entendre que cette affaire doit être gérée par le tribunal de Kati. A Kati, on a fait faire des va-et-vient au pauvre Adama Traoré qui, de guerre lasse, retourna au village à l’approche de l’hivernage. Salif, à ce jour, éprouve de terribles douleurs au niveau de son dos. La date prévue pour l’extraction des fers est dépassée. Ce qui a provoqué une plaie purulente. Le coût de l’extraction et des kits s’élève à environ 500.000 FCFA.

Les âmes charitables  sont appelées à la rescousse.  

 Pour tout contact s’adresser à Siaka Traoré au 74 62 83 40 ou à Sinaly Karabenta au 79 16 03 44.

                                          Fatoumata Mah Thiam KONE

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER