Brèves infosept : Plus de 1 milliard de FCFA pour l’organisation d’un concours de plans d’affaires et la gestion d’un fonds à coûts partagés

0

C’est la décision prise par les plus hautes autorités du pays à l’issue du Conseil des ministres du mercredi 27 janvier 2016. Ainsi, sur  le rapport du ministre de l’Economie et des Finances, il a  été adopté un projet de décret portant approbation du marché relatif au recrutement d’un cabinet privé pour l’organisation de concours de plans d’affaires et la gestion d’un fonds à coûts partagés dans le cadre de la composante II du Projet de Développement des Compétences et Emploi des Jeunes (PROCEJ). Le marché relatif au recrutement d’un cabinet privé pour l’organisation de concours de plans d’affaires et la gestion d’un fonds à coûts partagés dans le cadre de la composante II du Projet de Développement des Compétences et Emploi des Jeunes (PROCEJ) est conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et le Consortium franco-canadien EUMC-CECI pour un délai d’exécution de 3 ans et un montant de 1 milliard 45 millions 526 mille 287 et 27 francs CFA TTC. L’approbation de ce marché vise à améliorer l’éducation et la formation pour l’employabilité ainsi que les possibilités de création d’emploi par le secteur privé pour les jeunes âgés de 21 à 35 ans. Le financement du marché est assuré à hauteur de 100% par la Banque Mondiale.

 

 

Les Famas interceptent des réfugiés Syriens à Tombouctou

Selon des sources, les Famas ont, à la poursuite d’un de leur véhicule enlevé dans la ville de Tombouctou, croisé à Tiriken trois pick-up remplis de réfugiés syriens composés d’hommes, de femmes et d’enfants. Selon les mêmes informations, ces individus au nombre de 62 ont été dans un premier temps conduit au camp de Tombouctou pour des investigations où ils ont déclaré que leur destination était l’Algérie. Nos sources indiquent que puisque ces voyageurs ne constituaient aucune menace pour la sécurité, «ils ont été relâchés».

 

Pour le Pr Abdoulaye Niang, «on est aujourd’hui avec la plus grande mafia qui puisse exister dans le monde» 

Pour son 4ième numéro, l’émission dialogue de génération recevait ce samedi 30 janvier 2016 à la Maison de la Presse le Pr Abdoulaye Niang. L’invité, qui se considère aujourd’hui comme un chercheur en économie de Défense, a après avoir brossé son parcours scolaire, universitaire et professionnel souligné qu’il œuvrait actuellement pour un Prix Nobel de la Paix et de l’Economie. Tout en déclarant qu’il restera toujours critique et indépendant, le Pr Abdoulaye Niang indiquera que les plus hautes autorités du pays, en l’occurrence le Président de la République, sont avec la plus grande Mafia qui puisse exister dans le monde, à savoir : la Mafia Corse. Pour le développement du pays, le Pr Niang indiquera qu’on ne peut pas compter avec Koulouba dans la mesure où il est miné par la corruption et le jeu d’intérêt des occidentaux, surtout de la France. Il a enfin invité les jeunes générations à plus d’engagements et de dévouement tout en restant mobilisés pour le pays.

 

Les femmes maliennes battent le pavé contre les violences conjugales

 

A l’initiative du Collectif « Halte à la Violence conjugale », des centaines de femmes maliennes ont battu le pavé ce samedi 30 janvier 2016 de la Place de l’Indépendance au Centre Aoua Keita. C’était pour dire « NON » aux violences conjugales faites aux femmes. Ainsi, sur les banderoles on pouvait lire entre autres « battez les tam-tams et non votre femme » ou «Halte à la violence conjugale», ou encore «Stop aux violences faites aux femmes ». A retenir qu’aujourd’hui, nombres de femmes africaines en général et maliennes en particulier subissent diverses formes de violences, surtout conjugales. Et de nos jours, la violence conjugale gagne du terrain au Mali en faisant des orphelins et orphelines.

 

La 5ème édition du critérium de la paix soldée par l’abandon de plusieurs cyclistes

 

La fédération Malienne de Cyclisme et le Comité National Olympique du Mali avec l’appui financier de la SOTEMA-Malitel ont organisé, le samedi 30 janvier 2016, la 5ème édition du critérium. La cérémonie placée sous la haute présidence du Pr Dioncounda Traoré, a réuni plusieurs personnalités du monde sportif. Pour cette 5ème édition, 55 cyclistes ont pris part sur une distance de 130 km. Les itinéraires étaient : Bamako-Bankoumana-Bamako (Boulevard) 116 km, Boulevard d’indépendance- Koulouba-Boulevard 10 km et deux tours du Boulevard 4km. Cette 5ème édition du critérium de la paix a été soldée par l’abandon de plus d’un tiers des cyclistes. Approché par notre journaliste pour savoir les causes, Seydou Mariko, N°207 et l’un des signataires de forfait, a fait savoir que les cyclistes ne sont pas dans les conditions et qu’ils sont laissés à leurs propres sorts. Les dix premiers cyclistes ont été primés et Tidiane Sanogo, Salia Diarra et Bourama Coulibaly sont arrivés respectivement 1er, 2ème et 3ème.

PARTAGER