Bamako accueille l’Afrique et la France : Le continent noir toujours dans l’ascendance du néocolonialisme français

2
Françafrique

Dans l’essor d’une indignation de certains intellectuels  africains, il s’avère important de comprendre quoi que ce soit dans ces processus de renforcement des liens France-Afrique. A qui profitent ces liens?

L’Afrique francophone estime souvent que sa quiétude trouverait source dans les nobles actes de la France, semble t-il. D’aucuns clameront haut et fort le rôle important que joue la France dans la résolution des différentes crises que connait le continent noir. Ce lien historique a permis  à la France de jouer aux pompiers dans les conflits qui adviennent dans les pays Africains.  Certes, mais il est d’une évidence notoire que les liens France-Afrique sont dépréciatifs que profitables pour l’Afrique francophone.

Il est bonne chose que la France entretienne des relations sur tous les plans avec ses anciennes colonies. Mais à l’état actuel des choses, il s’en dégage une amertume des peuples africains.  Le temps où l’on peut croire aisément que le peuple africain toujours éloigné du savoir des choses est au point culminant de l’ignorance des réalités liées à cette coopération, n’existe plus.

Si l’économie d’un pays est mal fondée, ce pays serait instable sur tous les plans. Nous assistons à une dépendance économique des pays francophones vis-à-vis de la France. Le CFA arrimé  l’euro ne profite en rien au pays. En 2012 en Algérie, le président Hollande « déplorait la souffrance coloniale des pays francophones et prônait une équilibre sociopolitique ». La reconnaissance simple est insuffisante.  Le paternalisme de la France doit aider  ces anciennes colonies à sortir de leur état d’être flétri. Si à  Bamako ce 13 janvier, les discours et allocutions des chefs d’états pourraient être orientés vers une autonomie économique de l’Afrique francophone ; ce sommet servirait  quelque chose de potable désormais.

La relation France-Afrique a des vérités et des taches noires cachées derrière le FCFA. Si l’organisateur de ce sommet SEM Ibrahim Boubacar Keita pourrait poser cette question simple à la France ; « pouvons-nous quitter le franc CFA qui n’a servi longtemps qu’à la France, et garder nos liens coopératifs ? »

 

Yawo Atiah

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. La reine Kassa, Modibo Keita, Sundjata, Sani ni Kontron sont en train de pleurer: ibcon insulte leur dignité avec cette merde de la mafia franceafric!!!

    Alors que la peuple souffre tellement!!!

    De bons parents nettoient leur bébé pour le bien de leur bébé!
    Nos sous-hommes de dirigeants, éternellement soumis, nettoies les rues de bamako (juste les grands axes et les routes qui mènent aux ambassades…): ailleurs les maliens peuvent s’étouffer avec le poussière, la saleté, la misère etc…

    L’humanité n’a jamais connu des dirigeants aussi minables que ceux de la franceafric!

  2. Les Français ont acheté une partie du Mali et viennent fêter cela chez nous .QUELLE HONTE , QUELLE HUMILIATION . Ce sommet c’est pour venir se moquer de nous mais dommage que lorsqu’on perd sa dignité on devient la risée de tout le monde . Cette France n’arrête pas d’humilier notre pays et de ridiculiser nos autorités chaque jour , mais avec tout cela ON NE VOIT RIEN sauf dire que la France est une “amie ” . Après la fête on continuera seul à pleurer notre malheur . Nos ancêtres n’étaient pas intellectuels mais des BRAVES guerriers qui ont défendu leur territoire grâce à leur union et leur solidarité . Les premiers intellectuels ( temps Modibo Keita) ont refusé la soumission et l’humiliation et opté pour défendre corps et âme notre DIGNITE et notre TERRITOIRE . Aujourd’hui avec des titres flatteurs ( Docteur , Professeur , Ingénieur , Agrégé , etc ) on a tout perdu comme valeurs ancestrales . Ses intellectuels d’aujourd’hui sont au service de ceux qui nous exploitent au lieu d’être au service de cette pauvre population qui s’est sacrifiée pour financer leur étude .

Comments are closed.