Escalade verbale entre Paris et Bamako : Y-a-t-il matière à s’inquiéter ?

4

Après le discours du Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga du haut de la tribune des Nations unies, où il a accusé la France « d’un abandon du Mali en plein vol », les autorités françaises par la voix de la ministre des Armées, Florence Parly, qualifient les propos de Choguel Maïga « d’incohérents et populistes ». La tension monte entre les deux pays et la question qu’on se pose,  y-a-t-il matière à s’inquiéter ?

Depuis l’annonce de l’Agence de presse Reuters sur  l’arrivée probable au Mali de la société privée russe Wagner, les relations entre Paris et Bamako se cristallisent. L’hexagone a intensifié les rencontres diplomaties secrètes auprès des dirigeants de la Cédéao pour dissuader les autorités maliennes de signer un accord avec Wagner qualifiée de « mercenaire », ce qui est incompatible avec l’engagement français au Sahel.

La semaine dernière, au cours de la 76e session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations unies, le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga a accusé Paris d’avoir abandonné en plein vol de le Mali. Il a défendu l’idée que les autorités maliennes sont en train d’explorer les voies et moyens pour mieux assurer la sécurité de manière autonome avec d’autres partenaires de manière à combler le vide que ne manquera pas de créer la fermeture de certaines emprises de Barkhane dans le nord du Mali.

Aussitôt, la France, par la voix de sa ministre des Armées, Florence Parly, a rejeté en bloc les propos du Premier ministre en les qualifiant de « Faux, incohérents et populistes». Dans cette cacophonie d’escalade verbale qui fait monter la tension entre Paris et Bamako, y a-t-il matière à s’inquiéter ?

Depuis lundi, la France montre déjà ses muscles. Côté malien, on tient tête aussi avec l’accueil triomphale réservé au Premier ministre en provenance de New-York comme pour dire aux autorités françaises que le peuple est avec Choguel Maïga. Est-ce qu’on est proche d’une rupture diplomatique entre les deux pays ? Sans  doute pas, mais ce que cherchent d’un côté les autorités maliennes, c’est comment trouver des voies et moyens pour résoudre cette crise sécuritaire avec d’autres partenaires y compris avec la France qui a transformé son dispositif de Barkhane à Takuba avant les échéances électorales. Côté français, les enjeux sont trop importants pour une rupture diplomatique. La question de la lutte contre le terrorisme au Sahel est devenue une jauge de la politique intérieure française. Donc ni la France ni le Mali n’a intérêt à s’engager dans une rupture frontale des relations.

Mercredi dernier devant le Sénat français, Mme Parly a annoncé que si le Mali engage un partenariat avec des mercenaires, le pays s’isolera et perdra le soutien de la communauté internationale. Déjà, certains observateurs affirment que c’est juste un coup de poker, une stratégie de force pour faire plier les autorités maliennes à ne pas signer cet accord. Selon eux, la communauté internationale ne se résume pas seulement à la France, aux États-Unis ou encore à l’Allemagne.

« Si cela se concrétise, il faut que le Mali se tourne vers la Chine, la Russie ou la Corée du Nord afin de contrecarrer la communauté internationale », disent-ils.

Aujourd’hui, c’est la question Wagner qui a remonté les tensions entre Bamako et Paris. Sinon les relations étaient déjà tendues depuis fin 2019 et début 2020 avec les manifestations anti françaises dans les rues de Bamako qui avaient inexorablement mis en colère Emmanuel Macron. Le Président français avait jugé opportun de faire une mise au point d’où le sommet de clarification du 13 janvier 2020 à Pau.

La prise du pouvoir par les militaires en août 2020 et le 2e coup d’Etat de mai dernier ont mis les autorités françaises dans la méfiance. D’où la sortie médiatique de Macron qui avait brandi l’idée de retirer ses troupes françaises. Selon lui, il y a une islamisation de l’Etat malien.

Ousmane Mahamane

 

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Si ce partenaire a perdu 52 de ses fils et fille pour te défendre, il y a une manière de le dire. Par ailleurs, “l’échec” de la France est dû plutôt aux médias français, lesquels, depuis le début de cette guerre en 1990, n’a de cesse matraquer l’opinion française au profit du MNLA. Même les récentes publications de tracts attribués à Barkhane ne rentrent que dans ce souci d’affaiblir l’armée française, de pousser l’opinion publique malienne comme française contre Barkhane et donner raison aux terroristes djihadistes. Mais cela, les niais passionnés ne peuvent le savoir.
    Par ailleurs, est-ce Wagner pourra nous reconquérir Kidal ? That’s the question. Surtout quand on sait que la débâcle des Famas en 2014 serait due au brouillage de leur communication par un appareil fourni par les Russes à la CMA

    • Il faudra que les leaders africains sortent de leur mutisme, c est dans la seule condition que les occidentaux nous respecteront.
      Combien de fois nous avons eu la preuve de mauvaise foie du gouvernement francais au cours de cette decennie, et on fait semblant que tout se passe bien. Quel stupidite!
      Les occidentaux ont toujours cause des troubles en Afrique depuis son independance, pour just avoir la chance de venir nous vendre des solutions ineffectives. Ces solutions ne sont pas concues pour resoudre nos problemes mais cependant pour les perpectuer. Au meme moment ils se tournent vers la communaute internationale pour se proclamer sauveteurs des africains.
      La message de Choguel c etait pour exposer la demagogie des francais au Mali. C est exactement de la meme maniere qu’ils reagissent entre eux-memes occidentaux. Entre eux-memes, nul n’a la chance de mepriser l’autre et se proclamer son sauveteur. Pour eux meme c est une insulte.
      Cependant, nous les africains tellement polis, nous avons oublie le sens de la defense de notre dignite, de notre souverainite et de notre bien etre. Nous sommes la toujours comptant sur un faux espoire qui nous a ete prouve a mainte occasions consernant cette cooperation francaise.
      Helas, je regrette la perte de vie de leur 52 soldats au Mali, c’est tres regretable de voir la vie ecourtee des jeunes gens dans des troubles issues des decisions irresponsables, criminels de l’occident.
      C est a nous les africains de mentionner ces 52 soldats tombes sur le champs de l’honneur, tout comme les dizaines de milliers de nos grands parents morts pour liberer la France du joux colonial allemand. La France ne pourra nous parler de ce sujet, si elle a vraimenet honte.
      Parailleurs, quand vous dites que la tension entre l’etat malien et le MNLA etait due a la cooperation entre MNLA et la Russie, je vous demande de revoire la circonstance. Le MNLA s etait oppose a la visite du PM Mara a Kidal; l’etat malien n a pas renonce a cette decision, alors en reponse le MNLA est alle execute sommairement les travaileurs de gouvernorat. C est ce qui a suscite la reaction du gouvernement malien. Voila en bref ce qui s etait passe.
      Nous africains et maliens en particulier avons besoin de nous unir, de nous supporter les uns les autres, de nous encourager entre nous, de reconnaitre le travail bien accomplis de nos braves et nos meilleurs hommes et femmes. C est a ce seul prix que nous vaincrons nos ennemis.

  2. C’est juste une tentative d’intimidation maladroite. La France cherche à pousser les autorités maliennes à la faute en espérant les entrainer dans une escalade verbale où ils déraperont ou diront quelque chose qui permettra de porter le tort sur les Maliens.

    EN RÉALITÉ, CE SONT LES FRANÇAIS QUI SONT INQUIETS ET QUI CHERCHENT A EN SAVOIR PLUS SUR LES INTENTIONS DES DIRIGEANTS MALIENS EN LES SONDANT PAR DES DÉCLARATIONS INTEMPESTIVES. LE CALME ET LE SANG-FROID DES DIRIGEANTS MALIENS EST EN TRAIN DE DÉSARÇONNER LES FRANÇAIS QUI SONT HABITUÉS A TOUTES SORTES DE COURBETTES ET A ÊTRE OBÉIS AU DOIGT ET A L’ŒIL PAR LES AFRICAINS. RIEN NE LES EXASPÈRE PLUS QUE D’ÊTRE ROYALEMENT IGNORÉS EUX QUI CROIENT ÊTRE DES DIEUX.

    LES MALIENS NE DOIVENT PAS SE LAISSER ENTRAINER DANS UNE ESCALADE VERBALE INUTILE. ILS DOIVENT MAINTENIR ET CONTINUER A POURSUIVRE MÉTHODIQUEMENT LES OBJECTIFS QU’ILS SE SONT FIXÉS. ILS DOIVENT IMPÉRATIVEMENT SIGNER AVEC WAGNER, PENDANT QU’IL EST ENCORE TEMPS, TOUT EN GARDANT LEUR CALME ET EN EXPLIQUANT A TOUS LES AUTRES PARTENAIRES LEUR POSITION.

    DE TOUTES LES FAÇONS CE SONT LES DIRIGEANTS FRANÇAIS QUI SONT EN TRAIN DE SE TIRER DES BALLES DANS LE PIED. LES AFRICAINS SONT DE PLUS EN PLUS INDIGNÉS PAR LEUR ATTITUDE ARROGANTE ET LE LEUR FONT SAVOIR TOUS LES JOURS PAR TOUTES SORTES DE RÉACTIONS NÉGATIVES ET D’INSULTES SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX. LA POPULARITÉ DES DIRIGEANTS MALIENS EN REVANCHE GRANDIT CHAQUE JOUR QUI PASSE. ILS SONT DEVENUS DES ICÔNES.

    IL FAUT DONC DÉSORMAIS ÉVITER DE PARLER DE LA FRANCE. IL NE FAUT MÊME PAS PRONONCER LE MOT “FRANCE”. IL FAUT LES IGNORER ET POURSUIVRE NOTRE CHEMIN. IL FAUT JUSTE CONTINUER A EXPLIQUER INLASSABLEMENT AUX AUTRES, A TOUS LES AUTRES PARTENAIRES, QUE LE MALI A NON SEULEMENT LE DROIT MAIS SE TROUVE DANS L’OBLIGATION DE RECOURIR A D”AUTRES PARTENAIRES.

    IL FAUT REFUSER LES PROVOCATIONS ET L”ESCALADE VERBALE TOUT EN DÉFENDANT L’HONNEUR DU MALI. UNE RÉACTION HABILE, FERME MAIS POLIE SERAIT NÉCESSAIRE EN GUISE D’AVERTISSEMENT A UN MOMENT OU A UN AUTRE, MAIS IL FAUT CHOISIR CE MOMENT.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here