Soloni est Paris : Nous étions Charlie, nous sommes paris (suite)

0

Les faits sont têtus

Trois jours après les attentats à Paris et en banlieue parisienne, revendiqués par l’état islamique, une double offensive contre cette organisation terroriste intérieure et extérieure a été engagée par la France. Une mesure prise par le président français François Hollande et son gouvernement devant le parlement réuni en congrès le lundi dernier  à Versailles.

D’abord sur le plan intérieur, un changement de stratégies majeures. François Hollande est désormais prêt à s’allier à Vladimir Poutine pour former une grande coalition avec les Américains. Rappelons que jusqu’ici, Hollande avait rejeté cette idée à cause du soutien qu’apportait le président Russe  au régime de Damas. Le président français a donc demandé à ses voisins européens de se mobiliser tout en évoquant à cet effet  l’article 42-7 du traité sur l’union européenne.  Il convoque les membres de l’union pour  porter  assistance à un pays touché par une agression armée.

Sur le plan intérieur,  le président  a annoncé comme prévu que l’état d’urgence serait prolongé de 3 mois, le parlement l’a soutenu en votant par un oui le  mercredi. Le chef de l’Etat appelle également à une révision de la constitution pour mieux lutter contre le terrorisme actuel qu’il qualifie de terrorisme de guerre. François Hollande envisage également une garde d’ordre nationale composée de réservistes.  Autres annonces du président,  la création de 5000 emplois en deux ans dans la police et la gendarmerie, 25000 dans le pénitencier   et services publics et 1000 dans les douanes pour mieux contrôler les frontières. Hollande veut  donc une modification de la constitution et prolonger l’état d’urgence, cela signifie que les restrictions de la circulation et les perquisitions administratives vont continuer.

Cécille Duffloit présidente du groupe Europe écologie des verts à l’assemblée nationale met en garde : «  Notre dignité sera de renoncer en rien. Jamais à nos valeurs. L’état de droit c’est que la force de l’Etat respecte les droits de chacun pour défendre les droits de tous. On ne peut toucher aux libertés publiques qu’en tremblant,  parce les défendre c’est défendre le pays tout entier : son histoire, prévenir les dérives de l’emballement engendré par la dureté du combat qu’est la notre. Face à des « fous fanatiques », nous avons plus que jamais besoin de garde-fous démocratiques ». Ces propos viennent après le discours de Hollande le lundi devant le parlement  français. Comme évoqué, sur le plan extérieur le changement de la stratégie majeure est que M. François Hollande est prêt à s’aligner derrière  la  Russie de Poutine pour mieux former une grande coalition avec les Américains, une  coalition destinée à lutter contre l’Etat islamique en Syrie notamment, l’organisation terroriste qui revendique les attentats du vendredi à Paris.

Interrogé sur la stratégie américaine face à ces djihadistes, le président américain Barack Obama insiste qu’il faut des tactiques de combats mieux adaptées sur le terrain. Il s’exprimait ainsi  à l’issue du G20 en Antaliya en Turquie. : «  Nos objectifs doivent être toujours de rester combatifs, ne rien laisser de coté mais de mieux connaitre que ce n’est pas une guerre conventionnelle. Nous assistons avec l’organisation de l’état islamique comme si c’était un Etat. Nous utilisons les tactiques militaires habituelles qui sont forgées pour combattre un Etat qui attaque un autre Etat. Mais ce n’est pas ce qui s’est produit ici. Ce sont des tueurs avec des fantasmes de gloire qui sont prêt au point  avec les réseaux sociaux. Ils sont prêts à s’infiltrer dans la tête non  seulement des irakiens mais aussi des syriens  et aussi des individus révoltés à travers le monde. Et lorsqu’ils activent  ces individus, ils peuvent faire beaucoup de dégâts. Donc il nous faut être très rigoureux dans notre lutte contre le terrorisme et nous améliorer constamment sur la meilleure manière de collecter des informations, infiltrer ces réseaux et réduire leur espace opérationnel et cela,  en même temps que nous essayons de réduire le territoire qu’ils contrôlent pour mettre leur discours en échec ».

La folie mégalomane de Hollande est- elle éteinte lorsqu’il disait ne jamais accepter de travailler avec la Russie ? Sa réaction était très attendue après les attaques terroristes du vendredi. Soulignons que Hollande  est sur deux fronts à la fois : le front intérieur  qui consiste à faire face aux menaces terroristes et le front  extérieur  en Irak et en Syrie. Cependant à l’intérieur, il a été très faible comme en témoigne les attentats de Paris et de…. En tant que chef de guerre,  depuis son arrivée à l’Elysée, il a mené pas mal de guerre : trois ou quatre guerres.   Il a été extrêmement ferme et martial. Hollande veut à tout prix concilier la démocratie et l’état de droit, mais aussi  la lutte nécessaire contre les terroristes ce qui justifie sa proposition de la révision constitutionnelle. En menant cette guerre, il pose une pierre sur la terre de la droite restée pantoise. Apres les attaques, Hollande veut désarmais rallier  avec Poutine chose qu’il a refusé jusqu’ici.

Quant à Poutine, il tente de faire valoir que le sort de Bachar Assad n’est pas aujourd’hui la priorité face à des pays intransigeants. Jusqu’à présent Paris était sur la ligne dure disant à qui veut l’entendre que le président syrien ne pouvait pas faire partie de la solution et que son départ était un préalable.

En attendant leur prochaine rencontre les deux hommes souhaitent unir leur force pour faire face à l’état islamique qui  devient de jour en jour un peu plus fou de Dieu. Et le « DA » a remplacé le fameux « NIET ». A suivre !

Pierre Poudiougo

PARTAGER