Sécurisation des populations et de leurs biens : la garde nationale, la force la plus déconcentrée, au service des Maliens

0
Au Mali, des commerçants attaqués à Bourem dans le Nord
Un hélicoptère de l'armée française au-dessus de la ville malienne de Bourem, dans le nord du pays, en 2013. © PASCAL GUYOT / POOL / AFP

Le Colonel Major Zoumana Diawara, Chef d’Etat major de la Grade Nationale du Mali a animé, le jeudi 21 Avril 2016, une conférence de presse pour présenter les rôles et responsabilités de la garde nationale du Mali dans la sécurisation des populations et leurs biens. Selon lui, la garde malienne se caractérise par son déploiement sur l’ensemble du territoire et sa souplesse d’emploi, qui fait de sa devise, son serment et son esprit « Servir partout avec honneur, loyauté et discrétion. Le garde meurt mais ne se rend jamais. Soldat de la loi, animé d’une même volonté : ne pas démérité. ».

Rappelons que la présente conférence s’inscrit dans le cadre de la traditionnelle rencontre mensuelle de communication du département de la Sécurité et de la Protection Civile. Parlant de l’historique de la Garde, le conférencier, Zoumana Diawara, Chef d’Etat major de la Garde Nationale du Mali, a rappelé que la Garde Nationale à exister depuis la période précoloniale. Pour lui, c’est le 1er corps habillé du Mali car elle a existé avant  l’indépendance du pays. Et d’ajouter qu’elle a subi plusieurs mutations et ses dénominations ont changé au fil des années. « 1890 détachement de gendarmes métropolitains ; corps indigènes de gendarmes à pied.  1894 gardes. 1910 gardes – cercle ; gardes – goumiers. 1960 gardes autonomes du Mali. 1971 gardes Républicaines et Goum du Mali et 1994 Garde Nationale du Mali. » a-t-il dit. A l’en croire, les missions de la Garde Nationale englobent des missions de défense et de sécurité. Il s’agit notamment d’assurer la sécurité au profit des institutions et des autorités administratives et politiques ; de participer à la police générale des collectivités territoriales ; de concourir à la défense opérationnelle du territoire (DOT) ; de participer à la surveillance des frontières ; de participer au développement économique, social et culturel du pays ; de participer à la défense opérationnelle du territoire ; de participer à la protection des personnes et de leurs biens ; de participer au service des prisons et de participer aux Opérations de Maintien de Paix. Concernant les caractéristiques de la Garde, le conférencier a indiqué que la GNM se caractérise par son déploiement sur l’ensemble du territoire et sa souplesse d’emploi, qui fait de sa devise « Servir partout avec honneur, loyauté et discrétion ». De même, dira-t-il,  elle se caractérise par son serment « Le garde meurt mais ne se rend jamais » et son esprit Garde « Soldat de la loi, animé d’une même volonté : ne pas démérité ». Selon lui, les unités de la GNM effectuent les missions de défense et de sécurité en contribuant de façon significative au développement du Mali. Il s’agit entre autres, du Groupement de maintien d’ordre (GMO) : cette unité principalement basée à Bamako, effectue toutes les missions relatives au maintien et au rétablissement de l’ordre district sur le district et environs ;  du Groupement territorial de Bamako (GTB) : il effectue les missions de protection des hautes personnalités, des édifices publics et des points sensibles ; des Unités méharistes (UM) : basées sur les régions Nord (Tombouctou, Gao et Kidal) ; des Forces spéciale anti-terroriste (FORSAT-GNM) : uniquement dédiée à la lutte anti-terroriste, cette unité mise en place et activée en cas de besoin par le MSPC est en pleine montée en puissance. Parlant des difficultés, il a noté l’insuffisance du personnel, le manque de moyens matériels et de ressources financières et la formation des cadres.

Moussa Dagnoko

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER